Vie de l'agence

Playlist 5 [Bilan Carbone] : Voyage au bout de l’ennui

By 22 avril 2020 No Comments
playlist Agence B Side Nates

Chez B Side, pour ne pas tomber trop bas dans les abysses de la Sainte-Trinité « apérovisio-boulot-dodo », on a décidé de se replonger dans nos souvenirs de voyage.

Entre road-trip en Amérique, périple initiatique en monospace et feu de joie au camping « les Mouettes », emplacement A2, on a traversé l’espace et le temps. Surtout le temps en fait.

Alors attachez vos cordons de jogging, ne décollez pas de votre canap’, les B Siders vous embarquent…sur Deezer !

[Pssst] Juste en dessous on vous raconte les anecdotes qui se cachent derrière nos choix de chansons… à nous de vous révéler un petit peu de nos faces B !

Agathe Martin-Belin
Thomas Dutronc – Demain

Une chanson qui évoque le soleil et les bars. Avec de la guitare au top ! Bref une chanson qui fait du bien tout le temps et encore plus en ce moment car elle est légère, simple. Ça me rappelle aussi l’été 1999 en Corse où entre Corte et Ajaccio j’ai goûté un fromage grouillant de vers et que j’ai trouvé ça bon !!!

Léa Arnaud
TOUCAN – We Fell for Miles

L’image gravée d’un barbecue le midi, au bord d’une rivière dans la campagne irlandaise avec la famille, des amis, du soleil et des bières… haaa j’ai envie de pleurer.

Florent Gaudin
Caetano Veloso – Dans mon île

J’écoutais cette chanson cet été, sur l’île brésilienne d’Ilha Grande, dans une pousada isolée de tout et accessible par bateau seulement : aucun magasin, ni voiture ni route, pas de 4G… juste un petit chemin dans la jungle pour descendre jusqu’à la plage et regarder le soleil se coucher sur l’océan. Y’a pas à dire, le confinement, c’était quand même mieux avant.

Maud Bordeau

Sixto Rodriguez – I wonder

La musique qu’on écoute à chaque fois avec mes copains sur la route, à 5 dans la petite Twingo sous 30 degrés…

Jack Johnson – Upside down

Juillet 2014, lors d’un voyage linguistique à Westgate-on-Sea, je rencontre José, espagnol skateur/surfeur, venu également approfondir son anglais dans cette petite station balnéaire, qui me fait découvrir Jack Johnson pendant que nous admirions le coucher de soleil (c’était mon dernier soir là-bas) (trop romantique).

Gwenn Le Bivic
Parcels – Gamesofluck

J’avais téléchargé qu’une seule chanson pour survivre à 7h de vol…. une VDM qui s’est transformée en un coup de cœur musical !

Mathilde Taurinya
Chris Rea – On the beach

C’est pas ma musique d’été mais c’est celle que mes parents mettaient en boucle sur les longs trajets en voiture (souvenirs…) – la même pour Tears for Fears, Everybody wants to rule the world et Shout.

Ingrid Berthé
Manu Chao – Clandestino

La musique qui a accompagné mon break de 3 mois en Amérique du Sud, sac au dos et rastas sur la tête, en quittant Paris et avant d’arriver à Nantes il y a… longtemps 😉

J’avais appris l’espagnol avec la méthode assimil dans les oreilles dans le métro en allant au taf ; j’ai atterri à Santiago début janvier, alors qu’il caillait fort en France, et ça sentait bon les fleurs et le soleil. Je me rappellerai toujours quand je suis entrée pour la première fois dans un cybercafé (bah oui!) à Vina del Mar, au Chili, quelques jours après, pour envoyer des nouvelles en France, et que j’ai entendu Manu Chao dans les hauts-parleurs, j’ai adoré cette impression d’être un peu chez moi au bout du monde.

Marion Andro

Sublime What I Got 

Septembre 1996. J’avais 20 ans, venais de travailler 3 mois dans le parc national de Yellowstone et avais 2 semaines devant moi avant de reprendre l’avion puis les cours à la fac. Avec 3 américains avec lesquels je bossais, nous avons décidé de faire un road trip jusqu’à San Diego, Californie, où 2 d’entre eux vivaient (de bons gros surfeurs). Le 3e était du North Dakota et allait voir la mer pour la première fois. Nous avons quitté le Wyoming sous la neige, traversé l’Idaho et l’Oregon, suivi la côte Californienne avec des étapes à San Francisco, Los Angeles, plages californiennes, boucle à Tijuana au Mexique, puis retour à San Diego. Dans la voiture tournait en boucle cette chanson de Sublime, groupe Californien, dont le chanteur était mort quelques mois auparavant. A l’époque, pas de portable, mes parents n’avaient aucune idée d’où j’étais. La belle vie !

Charlotte Bagard
Frankie goes to Hollywood The Power of Love

24 décembre 2017, 30 degrés. Nous arrivons à Chiang Mai et notre guesthouse diffuse du rock en veux-tu en voilà sur la terrasse. Grâce au vieux gérant suisse, j’ai découvert Radio Perfecto ce jour-là, et je me suis souvenue à quel point Frankies goes to Hollywood, c’était vachement bien !

Marie Peigné-Michel
Madonna – Hung up

Dans une famille nombreuse on ne part pas en vacances à l’autre bout du monde mais à l’autre bout de la France, et en Renault Espace s’il vous plaît. 4 enfants pendant 12h dans une voiture et à l’époque y’avait pas de Bluetooth, donc mes parents choisissaient 4 ou 5 disques à passer en boucle. L’été 2006 c’était Madonna, et on chantait Hung up fenêtres ouvertes (la clim avait lâché 2 heures après le départ).

Samuel Guérin
Céline Dion – My heart will go on

Juillet 2004, j’avais 16 ans. Camping municipal de Saint-Martin-de-la-Place, près de Saumur. Premières vraies vacances libres entre potes pour ramasser le maïs le matin (et s’amuser le reste du temps).
Dans l’emplacement en face de nous, quatre garçons bien perchés qui écoutaient du métal toute la journée. Un soir, vers 19 h, l’un d’eux sort un synthétiseur, se met à jouer ces quelques notes surréalistes… et poursuit la prestation avec un certain talent sous l’œil contemplatif, et enfumé, de ses camarades. Éclat de rire général de notre côté, 16 ans après, on en reparle encore…

Laurent Batteix
Yves Montand – Syracuse

Les vacances, c’est un aller, mais aussi le retour. En revenant de Sicile, il y a quelques années, j’ai beaucoup écouté cette chanson, une chanson nostalgique forcément, chantée par un italien, une chanson du souvenir et de la fin de l’été. Fun fact, ayant passé des vacances au sud de Palerme, je n’ai pas du tout mis les pieds dans cette ville.

Elsa Caubit
Gianni Drudi – Fiki Fiki (1988)

Eté 1992, j’ai presque 15 ans, je suis en colonie de vacances en Italie. Je découvre le Lac de Côme, majestueux et enchanteur et les chansons italiennes fredonnées sur les plages, notamment ce titre que je ramène dans mes valises. Ma mère, qui parle très bien italien, m’expliquera plus tard les paroles…

 Marlène Droulin
Eagles – Hotel California

C’était il y a 10 ans, j’étais en woofing chez une famille à Byron Bay. Tous les matins, la mère se levait et mettait Hotel California. On ne pouvait lui parler qu’une fois la chanson terminée. Surprenant, mais elle n’était pas à une étrangeté près.

Nicolas Faye
Yannick Noah – Saga Africa

Juillet 2009. La Vendée, Saint-Hilaire-de-Riez, camping « Les Mouettes », emplacement A2, 14h46.
Installée depuis quelques heures sur notre campement isolé (entouré aux trois-quarts par un champ de ruminants) du reste du camping, notre joyeuse bande de 5 copains fait démarrer les premières braises du barbecue. Ce déjeuner marque l’ouverture de notre première semaine de vacances entre « khopaings », sans parents, la folie.
Depuis l’enceinte, les musiques s’enchaînent à un niveau de décibels non réglementaire. Aux premières notes de « Saga Africa », les flammes non contrôlées du barbecue entreprennent une ascension fulgurante vers le ciel. Une vraie folie.
Pendant que notre « master chef » du barbecue reprend le contrôle de celles-ci, deux personnes en habits de cuisine et à la démarche chaloupée font irruption sur notre campement. Ils avancent vers notre table tout en poursuivant leur chorégraphie, ponctuée du vocable « jeu de jambes, jeu de jambes », nous entraînant ainsi avec eux dans un moment de folie passagère.
Le barbecue étant de nouveau sous contrôle, nous pûmes festoyer comme il se doit avec nos deux nouveaux compagnons. Il s’avéra que ces deux personnes étaient les cuisiniers du camping et qu’ils passaient par là, au bon endroit, au bon moment.
Les vacances purent démarrer et depuis, « Saga Africa » et « jeu de jambes » sont devenus pour nous 5, indissociables.

Laurie Lebarbey
Arcade Fire – Haiti

Juillet 2016. Je viens de me faire larguer. Je pourrais être triste mais pas le temps, dans quelques jours je vais à Lisbonne pour voir un concert d’Arcade Fire. J’attends ce moment depuis des années, alors ça amoindri la peine. Je passe mon temps à réécouter tous leurs albums, histoire de bien montrer aux portugais qui connait le mieux les paroles. Et puis c’est aussi la première fois que je voyage avec ma sœur. J’ai trop trop hâte.

Arrive le jour J. Le son est horrible, on n’entend rien, l’envie de pleurer est à son max. La fin du voyage est à l’image du concert : frustrant. J’ai claqué toutes mes économies, je perds mon portefeuille – vide de toute façon -, la France perd la finale de l’Euro contre…le Portugal. Franchement le foot, je m’en fous mais là ça n’arrange rien. Ah et on loupe l’avion du retour aussi.

Quelques temps après, on apprend qu’Arcade Fire passe à Nantes.

(Bon, c’est sûr, si on remet les choses dans le contexte actuel, c’était pas si mal le Portugal…)